フランス人が東京で考えた。-働き方・休み方-

フランス語会話学校エコールサンパのスタッフがライフスタイル、日本での生活を通して考えたことを、サンパに(sympa: 好意的に)本音で語ります。

Comment ont-ils trouvé le travail qui est bien pour eux ?

"Qu'est-ce que tu veux faire plus tard ?" Ça a toujours été difficile pour moi de répondre à cette question. On nous la pose si jeune alors que nous ne sommes qu'au collège. Choisir ce qu'on fera jusqu'à la fin de notre vie. Décider notre avenir sans même savoir ce que nous réserve demain. Comment être sûr de son choix ? Et comment ne pas le regretter ?

Enfant, je voulais devenir coiffeuse, puis entraîneur de tennis. Mais ce n'étaient que des rêves d'enfant. Je n'ai jamais exercé ces métiers plus tard.

Au collège, c'était le trou noir, je ne savais pas quel métier choisir alors j'ai consulté une conseillère d'orientation pour y voir un peu plus clair dans mon avenir.

À la fin du collège et du lycée, pour choisir quel lycée ou quelle université intégrer et donc quelles matières nécessaires on doit étudier pour notre futur métier, on consulte un conseiller d'orientation qui nous aide à faire le bon choix.

C'était très difficile pour moi de choisir. Je ne voyais pas quel métier pouvait me correspondre et pour lequel je pouvais être utile. En tout cas, à cette époque, je n'avais aucune envie de devenir professeure alors que mes parents m'incitaient à exercer ce métier ! (笑)

Finalement, on choisit son métier selon ses passions, ses compétences, ses talents particuliers, sa personnalité et son milieu social. Et selon ses rêves. Mais c'est devenu rare d'exercer qu'un seul métier dans la vie. Beaucoup de choses peuvent se passer et changer notre vie professionnelle.

Au lycée, mon intérêt pour la biologie et les sciences naturelles ont révélé mon souhait de devenir volcanologue. Mes bonnes notes en chimie m'ont convaincues par la suite de tenter la police scientifique. Malheureusement, pour obtenir ces diplômes, les études coutaient chères et le parcours semblait difficile. Pour des raisons financières et familiales, j'ai dû abandonner.
C'est donc par élimination que j'ai fait des études de chimie pour travailler dans un laboratoire. J'ai obtenu mon diplome et un CDI (contrat à durée indéterminée). Obtenir un CDI est comme une récompense car on est sur d'avoir du travail pendant longtemps, jusqu'à la retraite. Mais en même temps j'avais un grand rêve : celui de partir pour le Japon, parce que je voulais découvrir une autre culture et un autre mode de vie.

J'ai alors quitté mon travail pour prendre le risque de chercher un travail au Japon. De chimiste, je suis passée à serveuse. C'était un grand changement mais j'ai appris beaucoup de choses et j'ai acquis de nouvelles compétences. Mais ce n'était pas un métier que je voulais exercer toute ma vie. C'est à ce moment-là que j'ai réfléchi à nouveau à un métier que j'avais toujours renié : professeur. Tout compte fait, pourquoi ne pas tenter l'expérience ?
Finalement, je suis devenue professeure de français à Ecole Sympa.

En France et peut-être au Japon, c'est souvent surprenant de changer de voie. Mais beaucoup de Français se reconvertissent. Parce que le choix qu'ils ont fait étant enfant n'était finalement pas le bon. Parce que l'environnement dans lequel ils travaillaient ne leur correspondait pas. Parce que l'ambiance dans l'entreprise était lourde (mauvaise).

Je ne peux pas faire le choix pour toute ma vie. De plus on en a qu'une seule. Je suis quelqu'un qui préfère donc travailler dans plusieurs domaines et expérimenter différents jobs. Je ne peux pas faire le même travail jusqu'à ma retraite. Au contraire, je veux évoluer, acquérir de nouvelles compétences et connaitre mes limites. Pour au final savoir aussi si c'est la bonne voie que j’ai choisie.

J'ai été livreuse, baby-sitter, assistante achats, technicienne chimiste (研究者), serveuse (ウェートレス), professeur (先生)...

On sait qu'on a trouvé notre voie, notre vocation (le bon travail pour soi) quand il y a l'épanouissement, le soutien de ses collègues, la motivation pour fournir beaucoup d'efforts et la fierté de leurs résultats après. Pour y arriver, même si on n'est pas sûr d'avoir fait le bon choix, il faut toujours se dire qu'on peut réussir. Ne jamais abandonner avant d'avoir tout essayé. La motivation et l'ambition sont pour moi le moteur de la réussite professionnelle.

Professeur n'est peut-être pas le métier le plus confortable mais une chose est sûre, c'est un métier passionnant et enrichissant chaque jour !

Pour quelqu'un qui aime se reconvertir, je suis toujours professeure aujourd'hui et je n'éprouve pas le besoin de changer (encore) de métier. Oui c'est vrai, c'est un peu contradictoire ! Mais le métier de professeur, c'est loin d'être une routine, et tous les jours j'apprends quelque chose de nouveau. Pour l'instant, je suis satisfaite.

 

Et vous, quel est votre métier idéal ? Comment l’avez-vous trouvé ?



(Davina S)