フランス人が東京で考えた。-働き方・休み方-

フランス語会話学校エコールサンパのスタッフがライフスタイル、日本での生活を通して考えたことを、サンパに(sympa: 好意的に)本音で語ります。

gérer le stress

Il y a quelques temps, j’ai appris par hasard qu’une personne de ma famille éloignée habitait à Tokyo, dans mon quartier ! C’est incroyable non ? Je ne le connaissais pas mais je l’ai contacté rapidement et comme nous habitions à côté l’un de l’autre, nous nous sommes retrouvés à notre station. On a parlé de beaucoup de choses, du Japon bien sûr mais aussi d’une connaissance commune.

 

Il s’agit d’un français qui a habité longtemps en Hongrie avec son épouse hongroise. Il travaillait alors pour une grande entreprise française où il occupait un bon poste bien rémunéré.Mais comme pour beaucoup d’employés qui ont des responsabilités, il accumulait du stress. Et un jour, on lui a diagnostiqué une maladie de l’intestin assez grave. Je ne connais pas le détail de cette maladie. Je sais seulement qu’il s’agit d’une maladie chronique qui affecte la vie et l’alimentation de la personne qui la subit.
Un stress intense peut en être l’une des causes. Après un traitement classique, il ne semblait pas y avoir de solution efficace.

 

Alors il s’est documenté et a tenté quelque chose pour « nettoyer son corps ». Il a jeuné pendant presque 2 semaines. Et il a raconté son expérience dans un blog, sous forme de journal intime. Et il a guéri ! C’est le genre de guérison que la médecine traditionnelle ne sait pas expliquer mais ça l’a convaincu d’être plus à l’écoute de son corps.

 

Cette expérience a transformé sa vie et sa manière de penser. Il a décidé de quitter son emploi et a crée une société de conseil pour des personnes comme lui recherchant d’autres voies pour se guérir de maladies. Il fait entre autres des conférences sur ce sujet. Il a aussi changé de mode de vie : l’alimentation, le rythme de travail, la gestion du corps etc.

 

J’ai été très surpris d’apprendre car quand je l’avais rencontré en France, il ce n’était pas du tout l’image qu’il m’avait donnée.

 

J’en viens à ma manière de gérer le stress. Pendant longtemps, j’ai pensé que pour évacuer le stress il y avait le sport (la course à pied), boire un verre, se reposer en lisant un livre ou en regardant un film, aller au bain public etc. Ce sont de bons moyens mais il je n’avais jamais eu une vraie idée du fait de gérer son stress ni de méthode.

 

J’ai compris avec l’histoire que je viens de raconter : gérer son stress, c’est faire des pauses et faire le ménage à l’intérieur de soi.Quand on fait un travaille qui déborde des heures de bureau, on ramène des idées des problèmes de la journée à la maison. C’est déconseillé bien sûr mais on ne peut pas couper net la limite entre le bureau et le privé. Pour faire des pauses, je me repose en écoutant des bruits blancs.

 

J’ai testé une journée avec une alimentation différente : je prépare le matin un jus de fruits et légumes très concentré pour la journée et j’en prends 4 ou 5 fois dans la journée sans rien manger d’autre. Ça permet au corps de se concentrer sur les parties à réparer alors que quand on mange des aliments transformés ou de la viande, le corps est occupé et se désintoxiquer et a donc moins de force pour se régénérer.

 

Je pense que, comme tout le monde, j’ai compris en vieillissant que ce que j’ai de plus précieux, c’est ma santé. Or, depuis que je vis au Japon, et depuis quelques temps, les médecins me disent souvent, quand j’ai un petit souci de santé même bénin, qu’il y a de fortes chances que le stress en soit la cause. Et le pire, c’est quand on me dit que tel ou tel problème est à cause du stress alors que je ne le ressens pas. Comment peut-on avoir du stress sans le ressentir ?

 

De toute façon, on ne peut pas éliminer le stress de notre environnement. On est forcément, dans son environnement professionnel ou personnel, soumis à quelques contrariétés. Ou alors on va vivre dans une forêt loin de la civilisation, mais je préfère Tokyo, c’est plus pratique. 

 

Ma solution, c’est donc d’avoir une hygiène de vie minimum ; un peu de sport, assez de sommeil, pas trop d’excès et des pauses.Une dernière chose : je me rappelle toujours que mes problèmes ne sont que des petits problèmes à une plus grande échelle.C’est parfois plus facile à dire qu’à ressentir, mais me le rappeler est toujours une bonne chose.

 

Et vous, vous avez une recette spéciale pour gérer votre stress ?

 

(Laurent F)